Logo Îles-de-la-Paix
Îles-de-la-Paix
Îles-de-la-Paix
Accueil
Localisation
L'importance des îles
La problématique
Nos réalisations
Les prochaines étapes
Nos partenaires
Autres partenaires directement impliqués
Nous contacter
English
  NOS RÉALISATIONS


Depuis 1991, la Société tente par divers moyens d’amasser des fonds pour mettre en place des mesures de protection des îles et intervient tant ce qui a trait à de la consultation, à la conscientisation qu'à la coordination entre les divers partenaires pour ainsi «sauver les Îles-de-la-Paix».

Depuis sa création, elle a fait plusieurs essais de protection, dont un projet de rétention des rives à l’aide d’un gabion de pierres et de la plantation d’un matelas de saules. Ce projet n’a pas résisté aux vagues et a totalement disparu après quelques années. Constatant le besoin de structures plus solides, en 1997, la Société a développé un concept plus efficace contre les vagues : des digues de pierre. Elles visent à fermer des brèches entre les îles, à protéger les rives et à recréer des zones favorables aux poissons. Ces digues de pierre, aussi appelées brise-lames, sont recouvertes d’une plantation de saule (Salix exigua) qui empêche la prolifération des cormorans et s'intègre très bien au décor champêtre des Îles.

Voici un résumé des réalisations de la Société :

Janvier 2001 : Construction, via un pont de neige et de glace, d’une digue de 235 mètres refermant une brèche entre l’île du Gardien et l’île à Tambault. Cette digue referme une partie du chenal du Diable et crée une frayère à poissons où, en 2009, les biologistes ont recensé huit fois plus de menés que partout ailleurs dans les Îles.

Mars 2009 : La Société du parc des Îles-de-la-Paix était en discussion depuis 2009 avec le consortium de l’autoroute 30 (NA30 CJV) pour leur proposer de protéger les Îles-de-la-Paix. En effet, la Loi sur les pêches, du gouvernement fédéral, mentionne qu’il y a interdiction générale de causer la détérioration, la destruction ou la perturbation (DDP) de l'habitat du poisson. Cela signifie que tout ouvrage ou toute entreprise entraînant une DDP contrevient au paragraphe 35(1) de cette loi et doit compenser ces pertes ou perturbations. C’est donc en vertu de cette loi que NA30 CJV devait compenser les perturbations causées à l’environnement suite à la construction des ponts pour l’autoroute 30. Voir la suite en novembre 2012.

Novembre 2009 : Construction d’une digue de 200 mètres recréant une frayère de 5 000 mètres carrés et protégeant une partie de l’île aux Faubert, aussi appelée la Grande Île. Pour ce projet, la pierre a été transportée par barge et remorqueur.

Février 2011 : Construction d’un pont de glace pour transporter de la pierre sur l'île aux Faubert et protéger 285 mètres de rives.

Novembre 2012 : Construction par le consortium de l’autoroute 30 de quatre digues (brise-lames) face au chenal du Diable, du côté nord des Îles-de-la-Paix, dans la municipalité de Beauharnois. Ces digues créent une immense frayère à poissons et permettront d’arrêter l’érosion dans cette partie des Îles.

Juin 2013 : Construction par notre Société d’une cinquième digue, intégrée au projet du consortium de l’autoroute 30 et agrandissant le territoire protégé de plus de 20000 mètres carrés. Ce dernier projet complète la protection des Îles-de-la-Paix jusqu’au chenal Cardinal, soit la moitié de l’archipel.

Juin 2014 : Voir la photo de Google Earth prise en juin 2014 lors d’une journée venteuse où l’on peut voir l’impact positif des digues.

 

 

iles-de-la-paix-2009-3iles-de-la-paix-2009Fagots-2010-2Fagots-aout2011-1Fagots-aout2011-2Hiver 2011-2Hiver 2011-3Hiver 2011-3Hiver 2011-3Hiver 2011-3Hiver 2011-3

Aidez-nous à sauver les Îles-de-la-Paix Aidez-nous à sauver les Îles-de-la-Paix Aidez-nous à sauver les Îles-de-la-Paix
Par YMarketing Conception Inc.